De la politique de la vie quotidienne au Mouvement des Indignés

De la politique de la vie quotidienne au Mouvement des Indignés

Cette semaine sur le blog, une fois n’est pas coutume, nous allons vous parler d’un livre. Quelques éléments de contexte, remontons dans le temps, en 2011 plus précisément. À la faveur du printemps, des manifestations rassemblant des centaines de milliers de personnes fleurissent partout en Espagne. Le Mouvement des indignés prend vie en réponse à la crise économique que traverse le pays. Bien que les personnes qui manifestent alors forment un groupe hétérogène, elles ont en commun de ressentir un désaveu des citoyen·ne·s envers la classe politique, la volonté d’en finir avec un bipartisme politique sclérosé, et avec la corruption.

D’un ras-le-bol local à un mouvement global

Avance rapide : 2015. Suite au mouvement des Indignés, des dizaines de groupes municipalistes* se sont présentés aux élections municipales et ont obtenu des résultats inattendus. Ils ont remporté les conseils municipaux de grandes villes comme Barcelone, Madrid ou Saragosse, en plus de gagner des sièges dans les conseils municipaux d’opposition. Le municipalisme est maintenant au centre de la vie politique espagnole. Suite à cette transformation du paysage démocratique espagnol que Laura Roth, Arnau Monterde (coordinateur du projet Decidim à la mairie de Barcelone), et Antonio Calleja-López s’associent pour travailler sur le texte Ciudades democraticas, Del 15M al municipalismo del cambio (Villes démocratiques, La révolte municipaliste du cycle post-15M) qui analyse ce changement de paradigme.

*Par municipalisme, il faut entendre la théorie et la pratique qui fait de la municipalité le cœur d’une transformation démocratique de la vie sociale, économique et politique. Cette perspective ne prend pas comme point de départ l’État ou la souveraineté nationale, mais la souveraineté populaire basée sur l’autogouvernement des communautés locales.

— Jonathan Durand Folco, « Les villes contre la Constitution canadienne ? », dans Argument, vol. 19, n° 2, printemps-été 2017, pp. 36-38)

De l’Espagne à la France

Chez Open Source Politics, la découverte de ce texte se fait lors de sa première édition en mai 2019. Sa lecture nous a captivé·e·s car Ciudades Democráticas permet à la fois de comprendre :

  • les conditions d’émergence de la coalition victorieuse en 2015 dans plusieurs grandes villes d’Espagne
  • la colonne vertébrale idéologique des activistes qui la composent et qui avaient des responsabilités dans l’organisation Barcelona en Comù (Barcelone en commun) ou dans l’administration municipale.

À cette époque, le livre n’était disponible qu’en espagnol et il nous paraissait important de permettre la lecture de ce texte à un public francophone. Surtout au vu du contexte des élections municipales de 2020 en France où plusieurs « listes citoyennes » composées d’individus non-engagés préalablement dans des partis politiques se préparaient.

Bien évidemment, à l’heure où vous lisez cet article, nous sommes en 2022, de l’eau a coulé sous les ponts et nous n’avons pas réussi à sortir la traduction avant les élections municipales 🙃. Toujours est-il que vous pouvez désormais lire en français Villes démocratiques, La révolte municipaliste du cycle post-15M et qui sait, cela pourra peut-être inspirer de futures démarches en France ou ailleurs dans le monde francophone 😉.

Une plongée au coeur du municipalisme espagnol

Ce livre se veut être une contribution au débat sur ce qu’est le municipalisme, d’où il vient et où il va. À travers les voix de ses auteurs et autrices se dessine la carte du mouvement des Indignés, et certains débats sur les problèmes et les promesses du phénomène sont détaillés. Dans tous les cas, il s’agit de personnes qui sont impliquées d’une manière ou d’une autre dans le mouvement, que ce soit dans les institutions, dans les plateformes municipalistes ou dans les mouvements sociaux et organisations connexes. Cela reflète en fait l’une des caractéristiques les plus intéressantes du municipalisme actuel : il s’agit d’un processus d’apprentissage conjoint où les mouvements, les plateformes politiques et les institutions publiques testent et examinent de nouvelles façons de faire de la politique.

Du processus historique aux agendas des gouvernements municipalistes et du mouvement lui-même

Le texte est divisé en trois grandes parties. La première partie contextualise les discussions sur le municipalisme et la démocratie, retrace le processus historique du Mouvement des Indignés ou 15M aux élections de mai 2015 et décrit un instantané du municipalisme actuel espagnol. La deuxième partie présente quelques-unes des grandes lignes de l’agenda des gouvernements municipalistes, telles que les politiques publiques liées au droit à la ville, au féminisme, aux biens communs et à la technopolitique. A titre d’exemple, Antonio Calleja-López et Javier Toret y expliquent comment le projet Decidim, promu par la Mairie de Barcelone, fonctionne comme un modèle de développement collaboratif public-commun d’infrastructures numériques pour la démocratie participative. Ils passent en revue certaines des politiques publiques qui ont été mises en œuvre au cours du premier cycle de gouvernement des plateformes municipalistes et discutent des opportunités et des limites. Dans la troisième et dernière partie, la discussion porte sur l’agenda du mouvement lui-même, au-delà des politiques publiques. Cette partie commence par l’analyse et la discussion de l’idée de démocratie dans les organisations, puis se concentre sur la féminisation de la politique et se termine par la discussion du projet de mise en réseau des plateformes municipalistes.

Un décryptage pour comprendre et apprendre des expériences de nos voisins

Les thématiques et les approches des chapitres de ce livre sont aussi variées que le projet municipaliste lui-même. Il est évident qu’elles n’épuisent pas toutes les dimensions et les discussions associées à ce cycle politique initié en 2015, mais il est possible, à partir d’elles, d’acquérir une vision globale de la nouveauté du phénomène, de ses fondements, de ses projets futurs et de ses quelques limites. Malgré les difficultés que pose la mise en œuvre d’un projet aussi ambitieux et complexe, l’expérimentation et l’apprentissage accumulés au cours de ces années promettent d’être d’une grande valeur pour les années à venir. Bien que le cadre de l’État-nation continue d’être dominant, l’horizon d’une ville démocratique est là pour durer.


Photo d’illustration par Jesus Solana sour licence CC BY 2.0 via Wikimedia Commons et traduction mise à disposition selon les termes de la licenc CC BY-NC-SA 4.0

Assistant·e chargé·e de développement

Assistant·e chargé·e de développement

Vous avez envie de vous former/progresser dans les domaines du développement commercial et de la communication sur fond d’enjeux politiques et démocratiques ? Vous avez envie de rejoindre une entreprise en croissance qui aborde chaque jour des sujets politiques et institutionnels mêlés aux questions numériques ? Vous avez à la fois une appétence pour le secteur public et la démocratie numérique ? Notre offre est faite pour vous.

Présentation de l’entreprise

Open Source Politics est un acteur de référence dans le secteur en pleine croissance de la civic tech, domaine axé sur la mise à contribution de l’innovation technologique au service de la société civile. Spécialistes sur les questions de démocratie participative numérique, nous accompagnons des grandes institutions et acteurs privés dans leur processus de concertations, en interne ou en externe et à toutes les échelles; de la commune de 10 000 habitant·e·s à l’Union européenne. 

Photo de l'équipe d'Open Source Politics
L’équipe lors de son séminaire de printemps le 4 mai 2022.

Nous défendons avec nos partenaires en France et à l’étranger une vision moderne de la démocratie participative grâce à de nouveaux outils numériques axée sur la transparence, la collaboration, le respect de la vie privée et l’accessibilité. Cette vision ainsi que notre expérience acquise sur plus d’une centaine de projets, nous permet de travailler aujourd’hui avec des acteurs multiples comme la Commission européenne dans le cadre de la Conférence sur l’Avenir de l’Europe, le Sénat et l’Assemblée nationale Française, plusieurs métropoles comme celle de Lille, Bordeaux ou New-York, des ONG comme la Croix-Rouge ou Greenpeace, ainsi que de nombreuses collectivités en France ou à l’étranger.

Description de la mission

La mission de l’assistant·e du pôle Acquisitions d’Open Source Politics est de concourir et de contribuer à la réussite des missions du pôle . Apprenti.e ou stagiaire, il est amené à développer ses compétences dans 3 domaines clés du développement d’une entreprise : la veille, le développement commercial et la communication.

En matière commerciale comme en matière de communication, elle ou il veille et alimente la réflexion stratégique, participe aux activités du pôle et prépare le travail des responsables communication et commerciaux. Généraliste capable de monter en compétences rapidement sur un sujet ou un outil, elle ou il est doté.e d’une excellente sociabilité.

L’assistant·e du pôle Acquisitions d’Open Source Politics participe pleinement aux activités du Pôle Acquisitions, qui rassemble les fonctions commerciales et de communication, en lien avec les autres pôles de l’entreprise.

Les missions de l’assistant·e du pôle Acquisitions incluent :

  • La veille, l’appui stratégique et la communication interne
    • assurer opérationnellement la veille stratégique, communicationnelle et commerciale : alertes web, réseaux sociaux, revues de presse, événements.
    • alimenter et préparer les réflexions et les livrables stratégiques des équipes communication et commerciale.
    • participer à la diffusion des stratégies commerciale et communicationnelle dans les différentes pôles de l’entreprise (opérations, R&D, produit et technique).
    • appui événementiel pour les événements organisés par l’entreprise.
  • Appui à la prospection et à la rédaction des AO
    • produire et compléter des cartographies d’acteurs en vue d’actions commerciales ou de communication.
    • compléter et vérifier les documents administratifs pour les réponses aux appels d’offres.
    • participer à la rédaction des réponses aux appels d’offres.
    • participer aux campagnes de prospection et aux actions de communication ciblées.
  • Les relations commerciales opérationnelles : participer aux échanges avec les prospects en collaboration avec le responsable du développement.
  • Les relations publiques : accompagner les représentants de l’entreprise, notamment lors de salons professionnels ou d’événements, sectoriels ou plus large.

Profil recherché

Compétence recommandée

Maitrise de l’anglais

Formation recommandée

L3 minimum ou M2 Sciences politiques (université ou IEP), sciences sociales, et ou école de communication/commerce à coloration ESS.

Pratique

  • Type de contrat : alternance/stage – 35 H
  • Disponibilité : dès que possible 
  • Fin du délais de recrutement : 15 janvier 2023
  • Locaux : Incubateur Urban Lab, 48 rue René Clair, Paris 18ème.
  • Rémunération légale + 50 % du titre de transport

Comment postuler ?

Envoyez vos candidatures (CV + email d’introduction) à l’adresse du responsable du pôle Adrien Rogissart : adrien@opensourcepolitics.eu. Merci de mettre en objet de mail le titre de l’annonce : « Assistant·e chargé·e de développement »


Annonce publiée le 16 novembre 2022 sous la référence ACQ-11-22/01

Retour sur la 9e édition du Club utilisateurs de Decidim

Retour sur la 9e édition du Club utilisateurs de Decidim

Le vendredi 30 septembre, nous organisions la réunion du Club des utilisateurs francophones de Decidim. Après deux années sans événement en présentiel, c’est dans nos nouveaux bureaux du 18e arrondissement de Paris que plus d’une vingtaine de nos clients et partenaires se sont retrouvés pour une journée centrée sur la participation citoyenne.

Au programme de cette journée du Club :

  • un exposé des nouveaux usages des plateformes ;
  • une visualisation de la participation citoyenne via l’outil Metabase ;
  • l’annonce du lancement de notre nouveau programme « Open Climate Politics » ;
  • une présentation des enjeux et décisions d’OSP autour du produit Decidim ;
  • et pour finir, un temps de sensibilisation aux communs numériques et au rôle de l’État dans son développement par Sébastien Shulz.

Des conventions citoyennes aux pétitions, aperçu des nouveaux usages des plateformes de participation.

Les pétitions constituent un levier de participation de plus en plus recherché par les administrations et identifié par les citoyens. Le logiciel Decidim permet déjà la mise en place de pétitions, mais son utilisation s’est principalement limitée à l’échelon national (voir les plateformes de l’Assemblée nationale et du Sénat). Le département de la Loire-Atlantique a ouvert la voie à la mise en place de cet outil de participation directe dans un cadre plus local : celui du droit d’interpellation porté par la réforme constitutionnelle du 28 mars 2003. Pendant cet atelier, Valentin Chaput et Lisa Giner ont présenté les nouvelles perspectives sur cette forme de participation plus directe qui reste selon nous à démocratiser davantage à toutes les échelles.

Les conventions citoyennes sont également en vogue, et la participation numérique y joue un rôle. Chez OSP, nous avons déjà participé à la réalisation de plusieurs conventions citoyennes, comme outil support à la marge (plateforme externe de la Convention citoyenne pour le climat, Conférence pour l’avenir de l’Europe), parfois comme animateur principal (Assemblée locale de Nancy). Dernièrement, nous avons participé à la coordination et à l’animation de la convention citoyenne étudiante de l’Université Paris-Est Créteil, sur le thème de l’alimentation en 2021 et du numérique en 2022. L’occasion pour Chanez Delorme et Antoine Gaboriau de démontrer les usages novateurs de la participation numérique dans le cadre de ces différents dispositifs.

La participation c’est bien, analyser cette dernière c’est encore mieux

Voilà deux ans maintenant, nous avons mis en place un nouvel outil pour analyser et communiquer sur la participation citoyenne : Metabase. Depuis sa mise en service, cette solution open-source est utilisée pour avoir une vue plus globale des budgets participatifs, des questionnaires, des consultations. Elle peut également fournir des exports spécifiques pour les besoins des organisations utilisant Decidim. Les participant•e•s de cet atelier présenté par notre équipe data ont ainsi pu avoir une présentation des fonctionnalités et cas d’utilisations de Metabase, ainsi que les quelques concepts basiques permettant de le prendre en main.

La visualisation des données n’étant pas suffisante, d’autres chantiers s’ouvrent en parallèle de cette dernière : détection automatique des comptes frauduleux (les fameux bots qui font la peine de tant de plateformes numériques), la mise en place d’algorithmes d’analyse de contributions sur les données ouvertes etc. En bref, la donnée n’a pas finie d’être utile pour mieux comprendre les contributions des participant•e•s, et mieux transmettre leurs attentes auprès des décideurs.

Présentation en avant-première d’Open Climate Politics 

L’équipe d’Open Source Politics est convaincue que nous sommes collectivement très loin d’atteindre les objectifs de réduction des émissions nécessaires au maintien d’une planète vivable à l’horizon de quelques décennies. Il n’existe pas de réponses magiques, seulement des choix à faire. L’expertise sur la participation citoyenne nous semble importante pour les rendre visibles, en débattre, les arbitrer et en mesure les effets. Entourée de plusieurs partenaires, l’équipe d’Open Source Politics développe de nouvelles démarches d’accompagnement des acteurs publics qui veulent conjuguer de fortes ambitions climatiques et démocratiques. 

Les enjeux et décisions autour du produit Decidim

Open Source Politics est l’un des principaux contributeurs au logiciel libre Decidim. En s’inspirant des besoins des institutions et des utilisateurs, nous développons de nouvelles fonctionnalités et améliorons celles qui existent déjà. Cette responsabilité nécessite un processus bien coordonné et complexe car il est crucial de suivre attentivement et de contribuer à la stratégie et la feuille de route de la communauté Meta-Decidim. Pendant 45 min. Simonas Zilinskas, notre nouveau responsable produit, ainsi que ses collègues Lucie Grau et Quentin Bernigaud, ont présenté à l’assemblée le processus produit d’OSP au travers de nombreux exemples et d’un mini-atelier. L’occasion pour lui d’annoncer l’ouverture de la feuille de route de la Decidim_app qui compile toutes les fonctionnalités centrales que la communauté et Open Source Politics ont co-développées. Pour en savoir plus à ce sujet, nous vous invitons à consulter notre article sur le sujet et à contribuer à la co-construction de notre version du logiciel Decidim.

Cette nouvelle approche du produit permettra à l’équipe d’OSP de travailler sur des fonctionnalités qui satisferont une grande majorité de nos institutions partenaires. Non seulement la feuille de route sera ouverte et disponible à toutes et tous, mais des ateliers seront régulièrement proposés à nos clients afin de valoriser l’intelligence collective de notre communauté en France tout en discutant de ces mêmes changements innovants avec la communauté Meta-Decidim internationale.

Pour finir cette journée du club Decidim, une ouverture sur les communs numériques.

L’invité spécial de la journée était Sébastien Shulz, docteur/enseignant en sociologie et initiateur du collectif pour une société des communs. Il est venu nous parler de sa thèse « Transformer l’État par les communs numériques : Sociologie d’un mouvement réformateur entre droit, technologie et politique (1990-2020) ».

Entre éléments de réponses théoriques et pratiques, Sébastien nous a fait part de ses recherches en remontant de la naissance de ces ressources numériques ouvertes aux questions qu’elles soulèvent, notamment celle de la transformation des Etats par l’ouverture qu’offre et impose l’utilisation de ces communs.

Un vrai moment d’échange et de sensibilisation, idéal pour prendre du recul et se remémorer la charge politique qu’est de travailler avec Decidim, le « commun de la participation citoyenne ».

Pour aller plus loin :

Restitution en vidéo de la présentation de la soutenance de thèse de S. Shulz du 10 décembre 2021 à l’Université Gustave Eiffel.


Toutes les images de cette journée sont de Sarah Krichen et sont sous licences Creative Commons, CC BY-SA 4.0.


decidim budget participatif

Découvrez notre

newsletter !

 

Votre nouveau rendez-vous mensuel sur toute l'actualité Decidim en français et bien plus...

 

Félicitation ! vous êtes désormais inscrit à notre newsletter !