Cet article est une traduction réalisée par Open Source Politics de l’article publié sur le Medium « Participo », une publication de l’OCDE. Pour consulter l’article original de Mauricio Mejia, cliquez ici.

Le domaine de travail « Participation innovante des citoyens » de l’OCDE explore les changements de paradigme en cours vers une gouvernance plus inclusive. L’idée est de mieux comprendre les nouvelles formes de prise de décision délibérative, collaborative et participative qui se produisent, en analysant ce qui fonctionne bien et ce qui ne fonctionne pas, et en se demandant comment les institutions démocratiques pourraient changer à long terme en conséquence. (Voir notre premier article sur le Participo qui explique le contexte).

Le premier rapport de ce volet de travail se concentre sur l’utilisation des processus de délibération représentatifs par les institutions publiques. Capter la vague de délibération : Catching the Deliberative Wave : Innovative Citizen Participation and New Democratic Institutions (juin 2020), est la première étude comparative empirique internationale qui examine le fonctionnement des processus délibératifs représentatifs pour la prise de décision publique et discute de l’opportunité de leur institutionnalisation.

Le rapport se concentre sur de nombreux aspects des processus de délibération, mais reconnaît qu’il s’agit de la première pierre d’une recherche plus approfondie sur la délibération pour l’élaboration des politiques publiques. L’utilisation des outils numériques pour enrichir les processus de délibération constitue un domaine de recherche et de discussion plus approfondi.

La situation actuelle et les conséquences de COVID-19 auront certainement un impact sur la façon dont nous interagissons et dont nous exerçons nos activités quotidiennes (et civiques). Au moment où nous écrivons ces lignes, des millions de personnes sont physiquement isolées et essaient de poursuivre leurs activités normalement. Nous nous adaptons aux nouveaux outils et méthodes pour tirer le meilleur parti du travail à domicile et maintenir des liens sociaux avec nos amis, collègues et familles.

L’épidémie de coronavirus affecte également l’organisation des processus de délibération en cours ou à venir. Les assemblées citoyennes française et britannique sur le climat, par exemple, envisagent l’utilisation d’outils de conférence numériques pour remplacer ou compléter les réunions physiques qui sont reportées jusqu’à nouvel ordre.

Même les institutions traditionnelles de longue date comme le Parlement européen, la Chambre des Communes britannique et le Parlement libanais envisagent l’utilisation d’outils vidéo et d’applications de vote électronique pour remplacer les débats et réunions parlementaires en face à face. D’autres organisations, comme les partis politiques, mettent également en place des outils numériques pour poursuivre leurs activités normalement et pourraient être une source d’inspiration pour notre travail.

Nous estimons que le moment est bien choisi pour ouvrir la discussion sur l’utilisation des outils numériques pour les processus de délibération, en collaboration avec nos collègues travaillant sur le gouvernement numérique et l’innovation dans le secteur public.

Plutôt que de remplacer le face-à-face par la délibération numérique, nous voulons rassembler toutes les preuves pertinentes sur la façon dont les outils et les pratiques numériques peuvent améliorer et soutenir les processus de délibération en personne. Même si l’accent sera mis sur l’utilisation de la technologie, l’objectif est de contribuer à la discussion générale et au cadre des processus de délibération pour l’élaboration des politiques. Autrement dit, les outils numériques sont le moyen d’atteindre une fin, et non une fin en soi.