Municipales 2020 et plateformes citoyennes

Municipales 2020 et plateformes citoyennes

Les résultats aux élections municipales de 2020 ont fortement bouleversé le paysage politique dans les grandes villes françaises. D’une part, la campagne électorale a été marqué par la crise sanitaire et l’entrée en vigueur du confinement dans l’entre-deux-tours. D’autre part, les électeurs ont d’autre part observé la multiplication des plateformes de participation citoyenne. De nombreuses listes se sont appuyés sur ces plateformes afin de recueillir les contributions citoyennes. C’est ainsi que les citoyens ont ainsi eu l’opportunité de contribuer en ligne à la construction de plusieurs programmes politiques.

Comment ces plateformes ont-elles contribué à la victoire de certaines listes ? Voici ci-dessous quelques éléments de réponse :

Lyon, victoire d’une liste citoyenne et écologiste aux élections municipales 2020 :

participer.changerlyon.fr

La liste Europe Ecologie Les verts lors des municipales 2020

Le groupe local d’Europe Ecologie-Les Verts a souhaité inclure les lyonnais.e. dans la phase de construction du programme. C’est dans ce but que Europe Ecologie-Les Verts a fait appel à Open Source Politics en vue de lancer la plateforme Changer Lyon. Cette plateforme a permis au groupe local d’Europe Ecologie-Les Verts d’élaborer un programme participatif. Par ailleurs, les militants ont organisé de nombreux ateliers thématiques grâce à la fonction “Assemblée” de Decidim. A la suite de ces ateliers, une concertation a synthétisé 5 propositions phares du programme. Les lyonnais.e.s étaient en mesure de consulter ces propositions depuis la plateforme Changez Lyon.

Ce programme co-construit avec les lyonnais.e.s est celui qui a remporté le second tour des municipales à 52%. 

Plus d’informations sur la plateforme de participation Changer Lyon : https://opensourcepolitics.eu/project/changer-lyon/

Les projets citoyens de Grenoble en commun :

lafabrique.grenobleencommun.fr

Logo de Grenoble en Commun

Dans le cadre de l’appel lancé par Grenoble en Commun à construire un projet citoyen solidaire et écologiste pour l’avenir de Grenoble et de sa métropole, plusieurs rencontres et ateliers ont été organisés avec les citoyen.ne.s. La plateforme a servi à nourrir ces débats et ses rencontres. Les habitant.e.s ont déposé plus de 200 propositions et ont soutenu ou commenté les propositions. Ses propositions ont constitué le socle du programme présenté aux Grenoblois.e.s. pour les élections municipales de 2020. 

Le programme a reçu le soutien de 53% des suffrages exprimés au second tour des élections municipales de 2020.

Plus d’informations sur la plateforme de participation de grenoble en commun : https://opensourcepolitics.eu/project/grenoble-en-commun/


Victoire de la  liste citoyenne et sans étiquette Réveillons Annecy aux élections municipales 2020 :

fabriquecitoyenne.reveillonsannecy.fr

Réveillons Annecy
Logo de Réveillons Annecy !


Le collectif Action commune a fait appel à Open Source Politics pour lancer la plateforme de la Fabrique citoyenne d’Annecy dont le projet était d’accompagner l’émergence de listes citoyennes pour les élections municipales de 2020. 

La démarche d’Action commune était ouverte et non-partisane. La liste Réveillons Annecy a ainsi réuni 60 citoyen.ne.s et élu.e.s de différents horizons dont la priorité était l’urgence climatique, sociale et démocratique. Les groupes de travail composés de citoyens et d’élus ont permis d’identifier 10 thématiques du futur projet politique. Ces thématiques ont été présentées sur la plateforme participative Réveillons Annecy. Les annéciennes et annéciens ont ainsi eu l’opportunité de réagir et partager leurs idées sur la plateforme. 

Cette démarche a permis à a liste Réveillons Annecy d’atteindre une score de 44 % aux municipales de 2020.

Plus d’information sur la plateforme de participation de Reveillons Annecy : https://opensourcepolitics.eu/project/reveillons-annecy/

Le Printemps Marseillais et la participation citoyenne d’entre deux tours :

laparoleestavous.printempsmarseillais.fr

Printemps Marseillais
Logo du Printemps Marseillais


Le Printemps Marseillais est un mouvement formé suite à un appel à l’union des forces de gauche et écologistes. Open Source Politics a été mandatée pour mettre en place la plateforme participative du Printemps Marseillais. La plateforme visait à inclure la société civile et permettre à un large public de contribuer à l’élaboration du programme. Toutefois, les organisateurs avaient conscience de la fracture numérique. C’est la raison pour laquelle des ateliers participatifs avec les habitant.e.s des quartiers ont été organisés dans le but d’alimenter la plateforme avec les opinions des publics éloignés.

Grâce à ce programme, le Printemps Marseillais est arrivé en tête au premier tour des municipales 2020. Pendant l’entre-deux-tours et le confinement, une réflexion a été lancée sur la plateforme pour adapter le programme aux nouveaux enjeux. En conséquence, Le Printemps Marseillais s’est fortement appuyé sur La plateforme La Parole pour solliciter l’avis des électeurs. La plateforme a ainsi permis aux marseillais.e.s de continuer à proposer leurs idées pour la ville pendant le confinement.

Lors du second tour, le Printemps Marseillais a remporté les élections avec 40% des voix. 

Plus d’information sur la plateforme de participation du Printemps Marseillais : https://opensourcepolitics.eu/project/printemps-marseillais/

Quel avenir pour ces plateformes ?

Tandis que la période de campagne électorale incite les mouvements politiques à mettre en place une plateforme participative, on peut s’interroger sur son utilité par la suite. Toutefois, Decidim est bien plus qu’un simple outil de co-construction d’un programme politique. Il existe en effet de nombreux cas d’usages et de fonctionnalités particulièrement utiles pour engager les citoyennes et citoyens dans la vie politique. Par exemple, la liste Printemps Marseillais s’est engagée maintenir la plateforme La Parole est à vous dans le but d’impliquer les citoyen.ne.s dans la gestion et la gouvernance de la ville de Marseille. Les élu.e.s ont ainsi déclaré vouloir faire de la plateforme un outil de transparence et de suivi des engagements de campagne.

L’avenir des plateforme d’Annecy, de Grenoble, et de Lyon n’a pas été clairement défini par les nouveaux élu.e.s à ce jour. Toutefois, l’accompagnement réalisé par Open Source Politics permet faire évoluer ces plateformes vers de nouveaux usages. Par exemple, Decidim permet en effet de mettre en place un budget participatif ou une boîte à idées. Les élu.e.s pourront ainsi faire perdurer la participation des citoyen.ne.s et les impliquer toujours un peu plus dans les décisions locales.


Des mandats reconduits grâce aux outils participatifs ?

Plusieurs listes candidates aux municipales avait déjà fait appel à Open Source Politics pour inclure les citoyennes et citoyens dans les choix de politique publique à l’aide de Decidim.

La plupart des élus que Open Source Politics a accompagné dans des projets participatifs ont été reconduit dans leurs mandats par les électeurs. Les électeur.e.s semblent donc accorder davantage leur confiance lorsque l’élaboration du programme est ouverte.

Serait-ce la preuve que l’association des citoyen.ne.s aux décisions est un moteur de confiance ? Histoire à suivre…

En guise de conclusion, vous pouvez découvrir les plateformes que nous accompagnons depuis déjà plusieurs années, et qui ont pu expérimenter plusieurs formes de concertations : 

Parlements numériques : adapter les institutions démocratiques aux réalités du 21e siècle

Parlements numériques : adapter les institutions démocratiques aux réalités du 21e siècle

The coronavirus crisis should be a catalyst for institutionalising the use of digital tools in parliament

Cet article est une traduction réalisée par Open Source Politics de l’article publié sur le Medium « Participo », une publication de l’OCDE. Pour consulter l’article original de Paula Forteza, cliquez ici.

Depuis le début de la crise du coronavirus, les processus législatifs sont au point mort en raison de l’éloignement physique. De nombreux législateurs testent actuellement des technologies qui permettront à leurs institutions démocratiques de se réunir, de délibérer et de voter malgré ces mesures restrictives. Nous devons profiter de cet élan pour être ambitieux en termes de procédures législatives participatives et collaboratives. Comment ? En institutionnalisant l’utilisation des outils numériques au Parlement avec les mesures de sécurité et de protection de la vie privée nécessaires.

Les technologies numériques pour assurer la continuité démocratique pendant la crise

L’Assemblée Nationale a introduit des solutions temporaires pour préserver le débat parlementaire en utilisant des applications de vidéoconférence pour les délibérations en commission. Toutefois, le vote législatif se fait toujours en personne et n’est possible que pour un nombre très limité de députés. Ce choix de maintenir le fonctionnement des institutions principalement sur le plan physique s’explique par des raisons à la fois historiques et techniques : sincérité du vote, sécurité, tradition, etc.

Notre parlement est en retard dans la modernisation de ses processus, contrairement, par exemple, aux parlements d’Amérique latine qui sont pionniers dans ce domaine. Outre l’utilisation d’applications de vidéoconférence, les parlements du Brésil, du Chili et de l’Équateur ont développé leurs propres plateformes et solutions en ligne pour l’enregistrement des présences, la vérification du quorum et le vote. Dans au moins six autres pays d’Amérique du Sud – Argentine, Colombie, Costa Rica, Honduras, Jamaïque et Mexique – les organes législatifs ont commencé à expérimenter la participation virtuelle, en l’appliquant à des espaces non décisionnels tels que les groupes de travail ou les réunions de commissions. En Europe des pays comme le Royaume-Uni ou l’Espagne avancent plus vite que nous. Nous devrions suivre ces exemples.

En France, l’un des arguments les plus courants contre la numérisation du parlement, est qu’elle affaiblira l’aspect « cérémonial » de la délibération parlementaire. On fait valoir que la numérisation pourrait menacer les devoirs symboliques des députés et leur poids politique vis-à-vis des autres branches du pouvoir, y compris l’exécutif. Une autre raison peut être le manque de culture et de compétences numériques au sein du parlement français. Une étude récente a montré que seuls 5,37 % des députés se considéraient comme des experts du numérique, 10,23 % comme des connaisseurs et 12,65 % comme des enthousiastes.

Pour parvenir à un parlement numérique, il faudrait également recruter des profils techniques et du matériel adapté dans les deux chambres. En ce qui concerne les préoccupations au niveau politique, la doctrine doit évoluer. Les parlements numériques sont peut-être moins solennels que les procédures traditionnelles, mais cette horizontalité est bénéfique et peut rapprocher les élus de leurs citoyens.

La protection des données personnelles, la sécurité et l’accessibilité sont les conditions pour un parlement numérique

Je ne plaide pas pour une course aveugle à la numérisation : bien sûr, il y a certaines limites à l’introduction d’outils numériques dans la prise de décision institutionnelle. Par exemple, Zoom a été fortement critiqué en raison du manque de clarté des politiques de protection des données personnelles, du manque de sécurité et des violations des données personnelles.

Si l’on considère le vote à distance, plusieurs questions de sécurité se posent, comme la fraude par exemple. L’utilisation des outils numériques au Parlement est confrontée à d’autres défis, comme une bande passante Internet inégale, des problèmes techniques (mauvais son, problèmes de connexion, etc.), ainsi qu’une culture et des compétences numériques inégales. Toutefois, cela ne signifie pas que nous devons cesser de moderniser les organes législatifs. Au contraire, nous devrions aborder et résoudre ces problèmes qui ont été rendus plus visibles grâce à des mesures d’éloignement physique.

Outre les défis techniques, l’utilisation des outils numériques exige des normes élevées en matière de confidentialité des données, de cybersécurité et de décentralisation. Tout d’abord en appliquant le règlement général européen sur la protection des données, ainsi que des garanties plus strictes contre la surveillance gouvernementale et l’utilisation abusive des données personnelles.

En outre, les solutions web libres et open source devraient être la norme en matière d’outils numériques, tant dans les institutions que dans les administrations publiques. Par exemple, les applications de vidéoconférence décentralisées de poste à poste telles que Jitsi ou Big Blue Button peuvent constituer une excellente alternative à Zoom ou Google Meet.

Plus largement, les civic tech peuvent nous aider à poursuivre la délibération citoyenne en période d’éloignement physique, à condition qu’elles soient ouvertes, éthiques et répondent à un besoin réel. À titre d’exemple, j’ai utilisé à plusieurs reprises la plateforme Decidim pour établir un dialogue avec et entre les citoyens. Pendant la crise COVID-19, j’ai lancé avec 65 autres députés la plateforme « Le jour d’après« , où les citoyens pouvaient proposer, délibérer et voter sur des idées pour décider collectivement de la direction à prendre après la crise.

Les technologies numériques peuvent soutenir des démocraties plus résiliantes, plus innovantes et plus vivantes

Les mesures de confinement ont montré l’urgence d’adapter nos institutions et processus démocratiques pour en assurer la continuité, même en temps de crise. Aujourd’hui, près de 79 % des Français interrogés ont un sentiment négatif à l’égard de la politique. Au-delà de la réponse à l’urgence, de telles évolutions techniques – et culturelles – pourraient contribuer à renforcer la confiance des citoyens dans les élus et les institutions en favorisant la participation, la transparence et la responsabilité.

Il existe une myriade d’exemples, d’outils et de méthodes pour soutenir la modernisation et l’ouverture de nos parlements, par exemple en publiant les agendas des parlementaires et leurs dépenses, en assurant la transparence du lobbying au sein du parlement ou en faisant participer les citoyens à l’élaboration des lois.

Enfin, la question sous-jacente n’est pas de savoir si nous avons besoin de plus ou moins d’outils numériques dans nos institutions. Il s’agit de prendre en compte la transformation majeure de notre société, la révolution numérique, et d’y adapter notre culture politique. Nous pouvons utiliser les défis actuels pour construire une démocratie résiliante, innovante et réellement vivante. Même si la présente discussion porte sur l’utilisation des outils numériques, le but ultime reste de transformer et d’adapter nos institutions aux besoins et aux réalités du XXIe siècle.

Paula Forteza, née le 8 août 1986 à Paris, est une femme politique française. Elle est députée au Parlement depuis juin 2017, représentant les citoyens français d’Amérique latine et des Caraïbes. Elle a passé plus de 20 ans de sa vie en Amérique latine. Après plusieurs expériences au sein du gouvernement de la ville de Buenos Aires, de l’administration française, à Etalab, ou dans l’entreprenariat, elle souhaite placer le numérique, la transparence et la participation citoyenne au cœur du débat politique en France.

Découvrez notre

newsletter !

 

Votre nouveau rendez-vous mensuel sur toute l'actualité Decidim en français et bien plus...

 

Félicitation ! vous êtes désormais inscrit à notre newsletter !