Webiclub n°2 : retour sur la Convention Citoyenne Étudiante

Webiclub n°2 : retour sur la Convention Citoyenne Étudiante

Depuis le début de l’année 2023 nous animons une série de webinaire destinée aux membres du club des utilisateurs et utilisatrices francophones de Decidim. Pour la session de février, nous nous sommes penché·es sur la Convention Citoyenne Etudiante (ou CCE) avec l’aide précieuse d’Emilie Frenkiel, Directrice adjointe de l’Institut d’Études Politiques de Fontainebleau (un institut interne de l’université Paris-Est-Créteil-Val-de-Marne) et qui est à l’initiative de ce concept de convention citoyenne. Lors de ce rendez-vous matinal, nous avons présenté :

  • le dispositif en lui-même ;
  • un retour d’expérience sur la deuxième édition de 2022 ;
  • et le guide pratique de réalisation de la CCE (disponible au téléchargement plus bas).

Vous n’avez pas pu y assister ? On revient dans cet article sur les éléments importants que nous avions abordés.

Un dispositif pensé par les étudiant•es, pour les étudiant•es

Mais tout d’abord, qu’est-ce que la CCE ? C’est un dispositif délibératif et participatif visant à inclure des étudiant·es dans le processus de construction et de décision politique. On peut en citer trois composantes principales :

  • la formation des participant·es à des sujets complexes et spécifiques à l’objet de la Convention ;
  • des délibérations et des espaces de débats en groupe ou en sous-groupe ;
  • et enfin une phase de restitution en plénière afin que l’ensemble des participants puisse bénéficier de ce qui est issu des délibérations citoyennes.

Ces conventions citoyennes doivent permettre la mise au point de mesures précises qui seront ensuite transmises aux institutions compétentes qui peuvent alors s’engager à s’en saisir. La convention citoyenne étudiante est organisée par l’Université Paris Est Créteil et l’IEP de Fontainebleau. C’est une expérience participative et délibérative inédite et innovante, puisque c’est une première mondiale à l’échelle universitaire. Elle vise à définir un ensemble de mesures et de propositions de recommandation en réponse à des enjeux environnementaux, sociaux et sanitaires qui concernent directement les étudiant·es. La première édition de la convention avait pour thème l’alimentation, et la seconde édition portait sur le numérique. Le dispositif repose sur un principe d’horizontalité via l’inclusion des étudiant·es sur l’ensemble des étapes de la construction du dispositif, de la conception jusqu’à la mise en place. Le but est de transformer l’apprentissage de la démocratie et de l’intelligence collective par la pratique concrète.

Les étapes du dispositif

Plusieurs étapes sont nécessaires pour mettre à bien un projet de convention citoyenne étudiante. On y retrouve :

  • une phase de méta délibération, qui vise à la conception du dispositif ;
  • une phase de lancement en présentiel de la convention citoyenne ;
  • une phase d’approfondissement et d’échange autour des propositions ;
  • une phase de finalisation des propositions via Decidim ;
  • et enfin une phase de suivi des réalisations et de préparation de la prochaine édition.

Du côté de l’animation

Photo @ Lina Prokofieff

L’animation et l’organisation sont prises en charge par les étudiant·es, qui ont un rôle central au sein de la convention. Les étudiantes et étudiantes prennent en charge l’animation des événements physiques, l’organisation plus globale du dispositif, la facilitation des délibérations des groupes thématiques, et la mise en place des différents pôles qui ont pour mission de rendre le dispositif plus complet et plus global.

Zoom sur la CCE 2022 : Quel numérique pour quelle société ?

Quelques chiffres clefs

  • 50 propositions finales ;
  • 6 thématiques ;
  • Plus de 300 étudiantes et étudiantes ;
  • 40 personnes en charge de la facilitation.

Les nouveautés de cette 2e convention citoyenne étudiante

La seconde édition a vu la mise en place de fresques du climat et du numérique, qui étaient organisées en amont du lancement pour sensibiliser et former les participant·es aux enjeux et aux thématiques de la convention. Les ateliers intermédiaires avaient pour objectif d’approfondir et de travailler les propositions de chacune des thématiques.

Le recours au jugement majoritaire comme méthode de vote pour finaliser et voter collectivement les propositions est une nouveauté importante de la seconde édition. L’ensemble des propositions qui découlent des délibérations en présentiel lors des lancements, de la clôture, des ateliers intermédiaires, mais aussi plus largement sur Decidim, ont pu être soumises à l’ensemble des étudiant·es de l’IEP Fontainebleau via l’outil numérique mieuxvoter.fr. Les propositions les plus plébiscitées ont été votées collectivement afin d’en faire les propositions finales issues de la convention citoyenne étudiante.

Le témoignage d’Emilie Frenkiel

La seconde partie du webinaire s’est concentrée sur le partage d’expérience d’Émilie Frenkiel qui est donc la conceptrice du dispositif et la directrice adjointe de l’IEP de Fontainebleau et nous lui avons posé quelques questions que nous vous avons retranscrites ici.

C’est comment de mettre en place une convention citoyenne étudiante à l’échelle de l’université ?

« Pour mettre en place une convention citoyenne étudiante à l’université, il y a plusieurs conditions à remplir. La première, c’est qu’il faut trouver de la place dans les maquettes de cours. En général, les étudiants sont déjà très occupés et sollicités, donc il faut vraiment trouver de la place pour ce dispositif au sein de l’existant. Ensuite, une fois cela fait, il faut des soutiens comme des collègues qui acceptent de modifier leur cours. Il faut aussi que des directions de parcours de licence et de master acceptent de faire entrer ce dispositif dans les maquettes. Il faut aussi du soutien à l’échelle de toute l’université, parce que ça doit éventuellement dépasser certains parcours et certaines composantes.

Bien sûr, il peut y avoir, et en fait il y a, des expériences de convention citoyenne qui ne sont que des simulations. Ce qui fait que celle-ci est unique, c’est que c’est la seule université où les propositions des étudiants ont vocation à transformer notre université. Il faut des soutiens forts au sein de l’université car nous avons aussi des besoins en matière de financements, donc dans le meilleur des cas, avoir des agents du personnel pour aider à l’organisation. Même si les étudiants sont très impliqués et apportent beaucoup et portent vraiment le dispositif, ça se passe encore mieux lorsqu’il y a des moyens suffisants qui sont mis à leur disposition. Le soutien de la présidence de l’université pour offrir des moyens en termes de communication, pour pouvoir mieux communiquer au sein de toutes les personnes qui participent à la convention, mais aussi la faire rayonner, est également nécessaire.

Dernière chose, il faut aussi des soutiens en dehors, parce que nous avons monté une convention citoyenne étudiante qui était ambitieuse. L’idée, c’était de ne pas seulement mener à des actions au sein de l’université, mais aussi en dehors. Donc, les collectivités territoriales autour de nos campus notamment, participent activement à toutes les étapes de la convention. Là, par exemple, pour cette deuxième édition, nous avons déjà eu la première réunion avec la mairie de Fontainebleau. Nous nous sommes déjà entendus sur la mise en place d’un certain nombre de propositions qui pourront donner lieu à des actions à l’échelle de cette collectivité. »

Vous mentionnez qu’il faut engager en amont du dispositif des partenaires privilégiés et là, en l’occurrence, vous mobilisez la ville de Fontainebleau. Comment la ville participe voir oriente la convention citoyenne étudiante ? Est-ce qu’elle a un impact ou une influence quelconque sur la mise en place du dispositif ?

« Oui, elle en a, mais à chaque fois de façon différente selon les thèmes des conventions. Par exemple pour la première, le thème de l’alimentation avait été choisi lors des confinements. C’était vraiment important pour nous de le faire d’autant plus que dans notre université un nombre important de jeunes comme certains membres du personnel ont dû avoir recours aux dons alimentaires. Pour ce premier thème, la mairie de Fontainebleau via son programme « Fontainebleau en transition » a donc énormément aidé à monter la CCE. Elle nous a aidé à prendre contact avec les acteurs et actrices du territoire et de connecter cela a une démarche de participation citoyenne qui avait eu lieu quelques mois avant le lancement de la CCE. Par ce biais, on a vraiment pu se connecter à la fois aux acteurs politiques, mais aussi aux agriculteurs, restaurateurs locaux, etc. Nous avons par ailleurs reçu de l’aide logistique comme avec le prêt du magnifique théâtre municipal de Fontainebleau où se sont tenues les assemblées. »

Découvrez le guide de réalisation de convention citoyenne étudiante

On est très heureux de partager avec vous ce guide de réalisation qui regorge de tous nos meilleurs conseils. Ce guide a plusieurs objectifs :

  • présenter le dispositif de convention citoyenne étudiante et d’en aborder les enjeux pratiques, théoriques et expérimentaux ;
  • fournir des conseils méthodologiques et pratiques issues de l’expérience des différentes éditions ;
  • rendre accessible les pratiques démocratiques complexes à l’échelle de l’université.

II se structure en trois grandes parties. La première partie revient sur ce travail d’acceptation politique mentionné plus haut. Il permet également de cadrer le dispositif et d’en aborder les points logistiques qui sont le nerf de la guerre d’une bonne réalisation de CCE avec par exemple comment former les facilitateurs et facilitatrices, comment recruter des participants participantes, quel matériel prévoir, quel calendrier faut-il envisager, combien de temps met-on pour organiser une CCE, etc.

Le déroulement de la convention citoyenne étudiante est abordé dans la deuxième partie du guide. Il s’agit là d’en aborder les différents moments et les différentes phases. Nous y avons présenté le calendrier général du dispositif, un ensemble de bonnes pratiques, mais aussi l’articulation de la participation en présentiel et de la participation numérique.

La troisième et dernière partie de ce guide permet de revenir sur le suivi de la convention afin d’assurer une application maximale des engagements pris lors de la CCE. Nous abordons aussi la question de l’inclusion de la recherche dans le dispositif.

Ce guide dont nous avions annoncé la publication ici même sur le blog d’Open Source Politics dans un précédent article de blog est maintenant disponible au téléchargement et nous espérons qu’il répondra à vos interrogations et vous permettra de vous projeter dans la mise en place d’une convention citoyenne étudiante dans votre structure !

decidim budget participatif

Discover our

newsletter!

 

Your new monthly appointment on all the Decidim news in French and much more...

 

Congratulations! You are now subscribed to our newsletter!